FANDOM


Un article de BG général.

Histoire et situation Modifier

Desert Nomad

Un charik atteint d'une mutation légère à la tempe.

Les Chariks sont, ou plutôt, était, un peuple nomade. Etait, car comme chez les autres peuples, nombre d'entre eux ont disparu ou ont choisi l'exode à Luminis.

Vivant dans un des environnements naturels les plus inhospitalier qui soit, le désert, les Chariks ont apprit depuis des siècles à vivre en autarcie. Ceci les a protégé davantage des effets du Voile Noir, et tandis que les grandes cités fondées sur le commerce et le travail de la terre s'effondraient, eux purent se préserver.

Les prédateurs et les dangers liés à l'Anarmophose étant moindre dans leur milieu désertifié et plutôt stérile, ils ont également moins subis les conséquences de l'Anamorphose. Malgré les maladies et les mutations transportées par les vents, il se peut donc qu'ajourd'hui, ils subsitent proportionellement bien plus de chariks ou de territoires chariks encore vivants, qu'il n'en existe dans les autres ethnies humaines.

Organisation sociale Modifier

Les chariks sont principalement connus pour leur capacité à la survie : les conditions du désert étant dures, ce sont des êtres solides pour la plupart. Les faibles n'y survivent pas. Dès leur enfance, les jeunes sont habitués à manier des lames et à ne pas avoir de pitié à tuer.
Nomade

Un charik encapuchonné avec un dromadaire... mutant.

Ils sont organisés en petites communautés nommées Salman. Chaque Salman possède un chef nommé Sonfa, qui prend cette position en défiant son prédecesseur et ainsi en se prouvant être le plus fort de la tribu. C'est lui qui assure la survie de ses gens : trouver un abri et de la nourriture, organiser les constructions et la patrouilles.

Les Salmans sont généralement composés de plusieurs dizaines d'individus. Il est rare qu'un Sonfa soit suffisament puissant pour rassembler plus d'une centaine de personnes.

Le système de justice des Chariks repose principalement sur le jugement par duel. La plupart de ses duels sont à mort, et il est possible de défier quiconque sur pratiquement n'importe quel sujet : étiquette, honneur, règles... Le vainqueur d'un de ses défis récupère femmes, enfants et certaines possessions du vaincu. Dans les cas de biens humains, il devient alors respectivement mari et père, et il est de son devoir de s'occuper de l'entraînement et de l'instruction des enfants.

Chaque Salman possède également un homme ou une femme respecté en tant que sage ("l'ama"), entraîné dans le respect des traditions spirituelles de ses gens. L'ama est un proche équivalent du prêtre locale, dans les villages, où ce qu'il en reste, d'Elechos.

Habituellement, la croyance en la Shaa'da est soutenue par les amas. L'on devient Ama en participant à un rituel simple, mais non connu de ceux qui ne l'ont pas pratiqué, qui consiste à ingérer une quantité importante de drogue, et à y survivre.