FANDOM


Elfe très beau

La beauté et la létalité des elfes sont légendaires. Très peu de non elfes ont pu contempler un de leurs visages.

Une race.

Description physiqueModifier

De taille similaire ou légèrement inférieure à celle des Hommes, leur couleur de peau s'étend du gris bleuté jusqu'au blanc nacré. Frêles et gracieux, on aurait pourtant tort de les sous-estimer. La grâce naturelle avec laquelle ils se meuvent inquiète plus qu'elle n'impressionne ; rares sont ceux qui tourneraient le dos à un elfe : leur goût pour les lames courtes et rapides est légendaire. Bien qu'ils préfèrent rester entre eux, on en aperçoit parfois rôder dans Sarmath et Vilebas, la tête haute, masqués derrières un masque d'argent, et les dagues prêtes à être dégainées.

Description généraleModifier

Jadis seigneurs et maîtres d'Elechos, les Elfes ne sont plus aujourd'hui que l'ombre sanglante de ce qu'ils étaient. De caractère dédaigneux, voire méprisant, ils se pavanent dans Luminis avec le même aplomb que naguère dans leur Capitale. Seulement, les années d'humiliation et de concessions offertes à la race des Hommes n'a pas laissé leur fierté intacte, et on peut distinguer dans leur regard un éclat d'amertume et une soif de justice à faire glacer le sang. Bien acceptés au sein de Luminis, ils doivent néanmoins souffrir les quolibets et les rires de presque tous leurs concitoyens, à l'exception des Halfelins et des Gnomes.

HistoireModifier

Les Elfes sont originaires de l'archipel de Daïmonos. Ils formaient autrefois douze Maisons Nobles, et vivaient déjà dans une harmonie toute relative. Il semblerait que la convoitise, l'orgueil et la jalousie fussent de tous temps leurs signes distinctifs. Mais ce fut lorsque l'alchimiste Van'ael parvint, dit-on, à changer le plomb en or que les choses se gâtèrent pour de bon. La trouvaille, aussi exceptionnelle que dangereuse, car contraire aux Onze Ligaments (le Livre Saint), fut apparemment à l'origine de l'apparition sur Daïmonos d'une entité que les plus orthodoxes des Elfes reconnurent comme un Démon.

Celui-ci, mentionné dans les Chroniques du Cinquième Conseil sous le nom d'Ebolas, proposa un pacte avec cette race aussi ingénieuse que corrompue.

Elf Guard

La plupart vivent dans la nostalgie de leur Âge d'Or.

Croiser leur sang avec ceux de démons en échange de Glyphes aussi vieilles que le monde : ce qu'on appellerait bientôt Mots de Pouvoir.

Quatre Maisons s'opposèrent au projet sacrilège, et durent prendre la fuite dans un exode de masse. Ils emmenèrent avec eux quelques Glyphes et artéfacts qui devaient bientôt les aider à asseoir leur domination sur le continent quasi vierge qu'était Elechos.

Ces quatres Maisons furent, et demeurent encore à Luminis de nos jours :

Charge cavalierie elfe

La gloire militaire passée, fierté et douloureuse nostalgie pour les Elfes.

Les Ul'zuth : les Elfes des mers, marins, pêcheurs et pirates émérites depuis la nuit des temps. Leur teint vert pâle leur vaut en ville le sobriquet de "têtes d'algues". Ce sont les plus imprévisibles et violents de caractère, mais aussi les moins sournois et avaricieux. Ils s'aventurent souvent hors de leur quartier, quittent à en venir aux mains avec les bandes locales. Ils restèrent neutres pendant le Jugement de R'ynnat See'kloon et bénéficient en cela d'une haine quelque peu amoindrie de la part des Elfes Noirs.

Les K'aeth-Azaël : Clan mineur à Daïmonos, cette Maison devint la seconde puissance Elfe après la Maison Razal-R'ynn. Ses représentants sont les plus xénophobes et arrogants personnages de tout Luminis. Ils ne quittent presque jamais Van'aerdyr, rechignent à se mélanger aux autres races quand les circonstances l'exigent, et passent le plus clair de leur temps à étudier les Glyphes et les Ecritures saintes. Bien que les autorités humaines semblent peu les porter dans leur coeur, les Elfes de K'aeth-Azaël sont bien traités : ce sont eux qui alimentent principalement le Dôme et apprennent à quelques téméraires humains l'Art des Glyphes. Les Elfes Noirs leur vouent une haine sans limites, car ce fut leur Dynaste qui condamna à mort R'ynnat et à l'Exil son peuple. Leur teint bleuté fait d'eux les plus belles créatures de Luminis.

Les Aur'Hasthavi : Maison des artistes et idéalistes, ce furent eux qui élevèrent monuments, temples et merveilles dans tout Elechos. De tempérament froid, voire cynique, les Elfes d'Aur-Hastavi s'entendent particulièrement bien avec ceux de K'aeth-Azaël, et n'osent que très rarement se promener hors des murs de leur quartier. Leur couleur de peau s'étend sur toutes les nuances de gris.

Les Razal-R'ynn : Les Elfes Noirs.

Ententes racialesModifier

Ce que pense un habitant elfe de Ven'Aeldyr de :

Son peuple : "Nous sommes la race des Seigneurs. Nés pour régner et dominer le monde. Le jour viendra où nous reprendrons la place qui est la nôtre."

- Humain de Sarmath : " Ces mammifères valent à peine mieux que des primates. Arrogants, sales et barbares, le spectacle qu'ils nous offrent est des plus répugnants. Quelle humiliation pour Nous d'avoir perdu la guerre du Sang et de devoir vivre ici tels des réfugiés. Mais un jour, nous montrerons à ces chiens de quoi sont faits les fils et filles de Vanaël-Elhevaël."

- Halfelin de Vilbas : "Les "Halfelins" ? Qu'est-ce que c'est que cela ?"

- Nain de Bordnagar : "Longtemps nous fûmes en guerre contre les clans Nains... et en grande partie à cause de la folie de R'ynnat See'kloon. Nous sommes bien heureux que l'Anamorphose ait permis à nos peuples de se réconcilier. Maintenant, de là à les fréquenter..."

- Semi-orc de Lokdanor : "Val Ae Lach". Le peuple maudit. Les chiens de Mah'zraï Arthalethos, les cabots du Fléau. Jamais nous ne leur pardonnerons leurs crimes pendant l'Âge des Ténèbres. Et un jour, nous retrancherons les têtes de l'Hydre."

- Elfes Noirs de Syrneth : "Les fidèles de la Maison Draï Razal-R'ynn ont enfin reçu leur juste châtiment, qu'A'gloth et Vanaël soient loués. On peut seulement regretter qu'une poignée d'entre-eux survécurent et vinrent trouver refuge à Syrneth."

- Gnomes de Vilebas et Lokdanor : "Les Gnomes sont obnubilés par les questions matérielles. La richesse, le profit, qu'est-ce que cela ? Mais après tout, que pourrait-on attendre des infidèles..."