FANDOM


Une chronique.

Un jour comme un autre.

Le Ghazi leva haut les mains.

-En vérité je vous le dis, le temps des démons est révolu. Le Prophète consumera bientôt leur ouvrage impie, et le vent dispersera les cendres aux quatre coins d’Elechos. 

-Ca veut dire quoi, concrètement ? demanda Bob le Philosophe, un cure-dent coincé entre les prémolaires. 

Le reste de la plèbe ne paraissait guère plus convaincu. 

-Eh bien… comme Joachim le Sec admonesta Yarturus le Voilé, « tu… »

-Putain, tu parles le Kang ou quoi ? 

-Bon, en clair, Don Gormi brûlera en enfer, et tous ses enculés de miliciens se prendront tôt ou tard une bastos.

-Ah bah voilà ! l’encouragea Rufus la Pustule.

-Et ensuite ? demanda un gamin des rues dont personne ne connaissait le nom.

-Ben… ce sera aux tour de la Pègre de Lokdanor. L'Elu coupera la tête du Baron.

-Bravo ! applaudit Bob.

-Et puis on coupera les couilles de ses orcs, poursuivit le Ghazi, qui commençait à prendre confiance.

-Quoi qu’on fera des banquiers ? interrogea le Hin Jordi, soupçonneux.

-Les apô… les soldats du Prophète les jetteront…

-Par terre ? proposa un clodo.

-Dans le vide ? surenchérit un autre Hin.

-Aux chiens ! rugit le Ghazi.

-Ouaiiiiiis !

-Vive les Ghazis !

-L’Armée de l'Elu décapitera tous ces fils de putes de criminels !

-Vive la Shaa’da !

Des chapeaux volèrent ; des vivats résonnèrent.

Le Ghazi sourit. Des fidèles de plus rejoignent notre… BAM. Une balle dans la tête. Le prêcheur s’effondra comme une poupée désarticulée. Un cabot vint lécher les morceaux de cervelle.

-Mutant de merde, lâcha Rufus avec un crachat.

Une fois sa soif de sang apaisée, la foule se dispersa.